L'habitat du Futur - Aix en Provcence

René, Ouvre toi.

Concours

René, ouvre toi.

La ville est l’horizon commun de la population mondiale. 

Aujourd’hui, selon l’ONU, plus de la moitié de l’humanité vit en ville, en 2050 ce sera les 2/3. L’impact du développement de notre urbanisation sur l’environnement est un facteur essentiel à anticiper et à programmer. 

Le schéma dans lequel nous avons grandi puis évolué est celui guidé par la mobilité pendulaire, c’est à dire un déplacement quotidien d’un point A (le domicile) à un point B (travail, études...). Une situation caractéristique des métropoles et de leurs zones péri-urbaines dû notamment à l’étalement urbain et le zonage par activités. 

Notre proposition a pour but de recentrer l’habitat autour de la mixité provoquant ainsi l’échange, le vivre ensemble; sur l’appropriation de l’existant, pour le réhabiliter, le développer et le valoriser. Avec dans l’idée d’agir localement : mixer les activités, provoquer une économie circulaire, réduire les trajets quotidiens, redonner la place au piéton, intervenir à l’échelle du quartier pour évoluer ensemble et former la ville de demain. 

Nous avons abordé la notion d’habiter, comme la résonance d’un individu dans son contexte environnant. Quelles sont ses usages, activités ? Habiter ne se résume pas à l’occupation de sa cellule de vie, de quelque typologie qu’elle soit, cela se traduit également par le lien établi avec son immeuble, sa rue, son quartier, par projections avec ses voisins. 

Notre vision pour l’habitat du futur est humaniste : replacer l’habitant comme acteur de sa ville, de son quartier ; créer des opportunités, des alternatives pour provoquer l’apparition de nouvelles filières locales, basées sur des démarches écoresponsables, comme la récupération de matériaux, de biens divers, de lutter contre le gaspillage et la surconsommation. 

L’habitat du futur sera façonné par une nouvelle interaction locale des habitants avec leur environnement, motivée par un renouveau économique et sociétal.

Nous avons choisi de travailler sur le site du «Roi René» pour sa situation dans la ville d’une part : proche de la gare, du Cours Mirabeau et face au parc Jourdan ; mais aussi pour sa petite échelle et sa morphologie d’îlot fermé. Actuellement le bâtiment se présente comme un îlot reclus sur lui même, avec très peu d’interaction avec la rue et son contexte environnant. C’est son statut de bâtiment «autonome» qui nous a interpellé et qui nous a motivé à y exposer notre vision de l’habitat du futur ; comme un phalanstère ouvert sur la ville et réadapté aux besoins actuels. Le Roi René est une imbrication horizontale et verticale de plusieurs activités au sein du bâtiment ; il résonne et participe à la vie du quartier.

Le faire ensemble, par et pour l’habitant.